royal lepage

819 246-1000

Découvrez nos conseils

Articles Par date de publication

details
Date de publication : [2015-06-15]

LE RAS-LE-BOL DES NOTAIRES : LA VENTE SANS COURTIER?

Dans le cadre de ma pratique je parle avec des notaires plusieurs fois par semaine. De plus en plus, je constate que certains sont sous pression, à bout de souffle.  Ils ne se plaignent pas ouvertement, mais ce sont des choses qui se sentent ou se disent à mi- mots.  Voilà que j’ouvre le journal cette semaine et un gros titre dans La Presse attire mon attention:   NOTAIRES À RABAIS.  

L’article fait état de diverses problématiques auxquelles la profession fait face : la vive concurrence que des notaires se livrent entre eux, leurs honoraires qui baissent ou au mieux stagnent depuis nombre d’années, et ce pendant que leurs frais de publication, de rapports et autres ont augmenté de manière disproportionnée jusqu’à représenter dans certains cas 50% de leurs honoraires, sans compter leurs frais de bureau et les salaires. Bref, bien des notaires ne roulent pas sur l’or et se retrouvent à devoir faire du gros volume pour avoir des revenus satisfaisants.  

Cet article m’a interpellée, d’autant plus qu’une pub télé m’irrite depuis un certain temps, vous savez celle qui laisse croire à la population qu’il suffit d’acheter un forfait combinant internet, formulaires et coaching express pour économiser des frais de courtage immobilier, et d’au pire appeler un notaire pour qu’alors l’affaire soit tigidou et que tout le monde soit heureux? Et d’autres publicités vous donnent le choix entre vendre avec ou sans courtier. Bref, c’est comme si on vous disait: pourquoi faudrait-il absolument consulter et aller voir un spécialiste pour qu’il vous conseille, pose un diagnostic sérieux et négocie au mieux pour vous, puisqu’Internet existe et que de toute manière c’est un chirurgien qui devra vous opérer dans 3 mois! 

Il y a en effet une croyance populaire à l’effet que le notaire peut régler tous les maux, et donc qu’on peut passer outre le courtage immobilier. Vraiment? Et si cela aussi avait un impact direct sur l’agenda des notaires? Il convient en effet de se poser la question. 

Le rôle du notaire est d’encadrer juridiquement et de manière impartiale une transaction.  Autrement dit, effectuer les transferts de propriété, d’argents et d’obligations, donner des titres clairs, protéger les créanciers et publier le tout au registre foncier.  Tout cela a lieu au moment où les clés s’échangent et le camion de déménagement est à la porte.

UN PEU TARD? PAS TOUJOURS, MAIS PARFOIS C’EST UNE SAGA MÉMORABLE!

S’il s’agit d’une propriété que vous avez vendue ou choisie par vous-même, sans les conseils avisés d’un courtier immobilier, vous risquez des déceptions, des déboires même. Pourquoi? 

Comparativement à une transaction encadrée par de bons services de courtage immobilier: 

Vous pouvez difficilement trier le bon de l’ivraie, parmi les propriétés comme parmi les acheteurs potentiel.
Vous concluez une affaire influencée par vos émotions car vous êtes directement concerné.
Vous n’avez pas ou très peu d’expérience en immobilier, inspection, construction, financement, voire en matière de copropriétés, documentation et tutti quanti.

Alors, est-ce bien sage de transiger dans un tel contexte l’achat ou la vente d’une propriété dont le montant de la transaction représente plusieurs fois votre salaire annuel et auquel est rattaché autant de droits, d’obligations, de divulgations et de responsabilités? Et qui dans le cas d’une vente peuvent parfois perdurer bien au-delà du moment de son transfert chez le notaire?

DES COURTIERS IMMOBILIERS, PARTOUT À TRAVERS LE MONDE

C’est en bonne partie pour cela que le courtage immobilier existe, et ce dans tous les pays du monde.  Mais aussi parce que le courtier immobilier travaille pour son client, qu’il soit vendeur ou acheteur, et ce en amont du notaire! 

En effet, rappelons-nous que le notaire n’a pas vu la propriété. Certes, il en voit le certificat de localisation et les documents de l’offre d’achat, les titres et les détails des créances, mais il ne peut se prononcer sur l’état de la propriété, du voisinage ou des commodités. Il ne sait pas quels comparables ni quels critères ont été utilisés pour évaluer la justesse du prix. Il ne sait pas si la propriété est dans un quartier qui convient à votre famille, si l’école est proche ou qu’il y aura bientôt des travaux sur votre rue qui vous empêcheront de dormir.  Même s’il a obtenu une copie du rapport d’inspection, si les parties s’en sont déclaré satisfaits ou ont bâclé la question des moisissures suspectes avec un petit rabais, ou un plus gros avec mention d’une vente sans garantie légale… il n’a pas à vous poser des questions sur les autres éléments soulevés dans le rapport, ni à vous proposer une autre propriété sur le marché qui semblerait bien mieux adaptée pour vous. 

 

LE NOTAIRE NE PEUT PAS TOUJOURS VOUS PROTÉGER DE VOUS-MÊME 

Ne nous offusquons pas, c’est normal. 1), ce n’est pas son rôle, 2) il n’est pas rémunéré pour cela, 3) il a des papiers déjà signés en mains, et 4), il n’a pas le temps! 

Ne nous méprenons pas : loin de moi l’idée de critiquer le notaire ou de douter de la qualité du travail accompli. Au contraire! Chapeau! Son rôle essentiel est encadré par la loi et il est là pour protéger le grand public. Mais le notaire n’est pas là pour visiter et comparer les propriétés, ni les prix. Bref, il n’est pas une panacée.

Il faut cesser de croire que le notaire va nous protéger de tout si on a mal fait, mal choisi, trop payé, peu vérifié, mal rédigé, ou qu’on regrette… Et si vous êtes le vendeur, ce n’est pas le notaire non plus qui vous évitera de faire visiter votre maison à de parfaits inconnus peu qualifiés qui vous font perdre votre temps et qui bizarrement semblent plus intéressés au cinéma maison qu’au nombre de chambres.

Alors, avec les histoires malheureuses dont ils sont de plus en plus témoins quand les gens concluent une affaire aussi importante en faisant primer leurs émotions sans l’aide de spécialistes, les notaires se retrouvent à porter un bien lourd fardeau malgré un horaire déjà chargé et des honoraires décevants.  Aussi, certains en viennent à faire des choix, en se spécialisant.  Par exemple, en se tournant vers une clientèle assidue et qui amène du volume, telle que celle des promoteurs de projets en copropriété, laquelle transige pertinemment généralement à travers des courtiers immobiliers spécialisés.  
 
L’IMMOBILIER CE N’EST PAS JUSTE « LE FUN », C’EST SÉRIEUX!

Demander à un courtier immobilier aguerri de vous aider à sélectionner et transiger une propriété n’est pas un signe de faiblesse. Au contraire! C’est démontrer qu’on reconnaît nos limites, qu’on ne cherche pas à faire le malin, mais bien qu’on est réellement avisé et qu’on cherche à faire les choses de manière professionnelle et rassurante. Les promoteurs immobiliers l’ont fort bien compris. 

Le courtier immobilier est là pour écouter, aider et protéger son client, acheteur ou vendeur, et ce tout au long du processus allant de la sélection à la livraison. En posant de bonnes questions sur son expérience, le genre de transactions qu’il a effectué au cours des dernières années, son opinion sur les quartiers qui vous intéressent et ses connaissances pratiques, vous serez en mesure de choisir le courtier qui vous convient, lequel sera aussi un facilitateur pour le notaire.  

Au même titre qu’on n’appelle pas un chirurgien directement sans d’abord consulter des spécialistes, depuis des lustres les courtiers et notaires travaillent de concert pour offrir aux parties la meilleure transaction possible en mettant à contribution leurs expertises et leurs vécus respectifs.  Il en va de l’intérêt de tous, à Montréal, au Québec, comme ailleurs dans le monde.

Source: lametropole.com


À LUNDI PROCHAIN!